lundi 25 février 2019

Note d'un lundi


Vous ne pouvez pas imaginer comme j'aime ce son.
Je pense que ça a été bien un an de ma vie, d'écoute quotidienne et d'ondulations.
Et ce clip... Vous avez vu, ces doubles qui étouffent l'image ?
Mon Dieu...
Oui, oui, le même titre que dans le précédent billet, les mêmes mots...
Mais que voulez-vous...


Il est 21 heures 36.
Nous sommes un lundi et je suis un peu saoule.
J'ai envie de miauler, d'étirer mes bras jusqu'aux automnes et sentir mon dos se crisper et se détendre, le sommeil m'envelopper et les beaux jours arriver.
Je ne sais pas comment accueillir la chaleur.
Je souris au soleil mais tremble en voyant le mercure grimper, j'ai peur des deuils des jours d'été et.

Nom de Dieu, je suis bien trop ivre pour un lundi.
Je vois des diagonales qui dansent, j'ai un rictus au creux de la fossette et les sourcils qui se haussent quand j'essaie de réfléchir.
Réfléchir à "comment j'en suis arrivée là ?"
(J'ai débouché une bouteille pour fêter la castration de mon Verlaine Ty Miaou)

Lisez donc Le coeur battant de nos mères.
C'était génial et ça a fait mon week-end.

Des bises.


lundi 11 février 2019

Note du Lundi


(Ce titre, c'est presque un an de ma vie.)


Il est presque 22 heures, un lundi où il y a eu du gris, un peu de pluie, puis une belle lumière. Et du vent, un peu.
J'avais juste mon sweat pour aller à la piscine, et c'était exactement ça.
De la lumière et du vent frais, la promesse des muscles qui s'allongent et du souffle qui combat toutes les rafales des lundis de février.

Il y a eu ce moment à la piscine où j'ai senti que j'allais pouvoir nager encore des kilomètres et des kilomètres.
Il y avait le couloir offert qu'à mes brasses, les musiciens qui s'ajustaient pour un prochain concert et mes muscles chauds.
C'était drôle, de passer de ce silence plein à ces voix qui s'élevaient sous la voûte de la piscine.
Je ne sais plus trop à quoi je pensais, peut-être à mars, à ma cheville blessée, à un livre, à à à à à.
J'écoutais mon souffle et sentais mes épaules.

Demain, encore, le couloir à moi.
Mais avant, le sommeil salvateur et.
Et ?

J'espère que vous allez comme vous voulez aller.