lundi 11 juin 2018

Odeurs d'huiles essentielles, du lundi en pluie majeure


(Relire quelques mots de lui et le clip qui se dessine sous mes paupières. Jacques Audiard...)



Dimanche.
Minuit et quelques.
Allongée sur le futon, jambes nues offertes au lendemain.
Bashung en tête et un peu trop d'alcool dans le sang.
Un verre de thé glacé, avalé en animal primaire à même la théière, presque nue devant le frigo.
Dimanche.
Bercée de mots d'amour dont je ne connais pas la musique, mots que j'écris un peu floue d'un vin frais en me promettant de vous les livrer sans les remanier.
Dimanche.
Minuit et quelques.
Plants de kale noyés planqués sous la table de jardin en prévision des déluges du lundi.
Dimanche. 
A quelques mi-nuits, les vies.




Lundi.
En inquiétude toute végétal, réconforter des plantations noyées par les pluies assassines, les escargots gloutons et quelques pucerons narquois. Du papier kraft en sauveteur sur un terreau imbibé, un spray fabriqué en priant les dieux du potager.
Par la porte, effluves de cyprès et de lavande, d'une huile que je verse dans une soucoupe de sel, rite vaudou à ça de la sorcellerie.
Gouttes qui font piailler les feuilles d'arbre et mon inquiétude de jardinière urbaine.
Lundi.

2 commentaires:

  1. Je la sens d'ici ton huile….

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce soir, cette odeur fleurie, goût de bière et verre de vin sur la table.
      La pluie en invitée éternelle.

      Prends soin de toi <3

      Supprimer