dimanche 10 juin 2018

Nuque humide et fraises dans la paume


(Hier, écouter ça puis "On verra" de Nekfeu.
Réponse surprise à cette mélancolie qui agite ce nœud entre mes omoplates) 



14 heures 32.
Cheveux mouillés, goût d'un expresso derrière les dents.
Sur la table basse, brève vaisselle et carnet ouvert, celui qui liste toutes les choses pour lesquelles je reste en vie.

Je regarde la lumière jouer dans le lierre suspendu à la porte, un rouge-gorge sautiller sur le béton et les jours revenir.
Je ne sais pas trop quoi écrire, parce que je ne sais pas trop qui toucher.
Je me sens un peu seule ici, je me sens vaguement loin là-bas.
Je ne sais pas quoi raconter.

Je regarde mes mains qui se tordent au-dessus du clavier, temps flottant dans un léger trac. Quatre bagues, excroissances de la peau devenues symboles intimes.

J'écoute les oiseaux, sonates répétitives, avertissements mystiques et poésie animale.

Je glisse mes doigts dans mes cheveux mouillés, soulève les mèches devenues si fines et bouscule les boucles en mesurant si les petits trous laissés par cette chute se comblent de nouveaux crins.

J'agite mes orteils sur le tapis, cherche une odeur de fraises dans ma main droite, me demande quelle musique écouter, guette les bâillements annonciateurs d'une sieste et regarde les livres de la bibliothèque en me disant que peut-être j'y retournerai cet après-midi.



Jours suspendus, dans mes matinales le rituel immuable : dents brossées, Seroplex avalé.
Jours suspendus, au creux du ventre cette fatigue éternelle : nuits de dix heures, sommeil en invité dès 18 heures.
Jours suspendus, dans mes mots chercher comment enlever ce filtre : même à moi, me cacher les effroyables.



Dimanche suspendu.
Je vais bien.
Je suis en vie.

4 commentaires:

  1. Et tu es sublime pour ce langage.
    Merci pour Nekfeu, excellent choix après VSO.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces beaux mots caressent mon lundi de pluie.

      Supprimer
  2. ..Et tu dors déjà...Juste rester suspendue à tes mots..et laisser le temps aller à demain..
    Lelen

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le temps de demain arrivé, orage et jardinage paniqué, gouttes de pluie qui se logent au creux de mes reins.

      Supprimer