jeudi 10 mai 2018

Note du mercredi


(Oui... Swing est mes matinées et mes déambulations urbaines)


Sur mon bras droit, le bleu géant.
Une histoire de bras chargés d'un sac trop lourd et d'une plante, d'un virage mal négocié et d'une porte d'entrée fracassante.
De petits moineaux sautent dans la cour, le soir se fait frais.
Sur la table basse, des croquis et des noms de fleurs, des marques d'engrais pour cactus et des références de cache-pots.



Ce soir, il y a l'appartement en chaos, le frigo enfin propre et le sommeil évident.
Je n'ai pas fait de sport aujourd'hui, et ça me manque assurément.
Je n'ai pas fait de yoga, et ça me manque énormément.
Mais je crois que c'est très sain, d'annuler des choses. De marquer des temps morts, de marquer une rupture.
Et puis je ne pouvais pas mener cette croisade qu'est le dégivrage du réfrigérateur et... (si, je pouvais prendre deux heures, je me suis juste très mal organisée aujourd'hui).
Je me dis que quand on en arrive à casser la glace avec un couteau à pain en guise de machette, c'est que c'est déjà trop tard.



Alors là, maintenant, je vais pousser le chaos un peu plus loin, me brosser les dents et m'endormir.
Je vais ne pas faire les choses, je vais me laisser en paix.
Je vais peut-être rêver, je vais forcément prendre des forces.
Mes jambes frémissent de la course de demain, traversée du parc en foulées musicales.



(Mon super copain B. vient de m'appeler. Il a chanté Hervé Vilard et m'a dit qu'il venait boire un thé.
Je suis en culotte et lunettes, cheveux flous.
Non, je ne vais pas me glisser dans un pantalon et la vie civile.
Mon clan, ma bande, c'est une histoire bien loin de ça, ce sont des cuculs en slipou et des yeux bouffis de fatigue.)


Des cœurs sur vous.
Vous êtes carrément wahou de chez wahou.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire