jeudi 17 mai 2018

Et soudain


(Le nouvel album de Beach House. 
Ce son, c'est mon soir.
Jambes nues et pieds échauffés des nouvelles sandales. Celles qui me font appeler Spartacus et dire bonjour en grec (Kaïré !))


C'était beau ce jour.
J'ai traîné et travaillé, couru au parc alors que je m'étais dit que j'allais juste marcher un peu.
C'était beau ce jour, comme un "ohla, fait chaud hein !" chez le primeur et la gourde d'eau qu'on remplit à une fontaine.

Ce soir, j'ai arrosé mon gang végétal, une oreille distraite suivant le match.
Je rêvais d'hommes ivres de joie et de sauts dans le vieux port.
J'aime bien le foot mais adule surtout les bonheurs autour, les inquiétudes et les mains sur la tête après une action malheureuse, les copains qui s'enlacent dans les tribunes et les voitures qui klaxonnent.
Désolée l'OM, désolée les supporters.
Vous étiez tout de même très beaux.
Encore plus beaux que ce jour.



Je suis sortie prendre l'air, tongs aux pieds et mains dans les poches.
Et soudain, j'ai vu cet homme.
Fouillant les poubelles.
Je l'appelle en souriant, un "Monsieur ?" et la fausse assurance que je me brode au cœur.
Sa voix à lui est fluette et douce.
Quelques mots et je repars à la maison.
Attrape dans un gros pain au levain et quelques fruits.
Et les douleurs.
A quel moment ce pays a merdé ?
On vend des avions et des armes, on attire des touristes et des investisseurs, on.

On laisse des hommes dormir dehors.
On laisse des hommes se nourrir de nos poubelles.

On apprend à être plus productif, plus épanoui, plus sportif, plus relaxé, plus spirituel, plus plus plus plus.
On consomme toujours plus plus plus plus. On se bat étonnement contre ça. Me plonger dans le délire Zéro Déchet et Minimalisme me fait mesurer combien j'étais habituée à avoir.
Mais si un jour, un compte Instagram se met en tête de partager comment donner plus plus plus plus, je signe.
Si un jour une chaîne Youtube se lance pour montrer comment être pour les autres plus plus plus plus, je signe.



Aujourd'hui, j'ai donné à cet homme à manger. Gros pain au levain, pommes et bananes. 
A un autre de l'eau et un peu d'argent.
A une femme quelques mots.

Je ne me sens pas utile.
Je ne me sens pas fière.
Je me sens désarmée.

C'est à nous de gérer ça.
Faisons un truc.
Par pitié, faisons un truc.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire