dimanche 13 mai 2018

Entre ficus et fougère


(Dans ma playlist de yoga, il y a ça. 
Alors après ce billet, 23 heures 27, cheveux baigné de karité et tapis déroulé.
Chien tête en bas, fente haute, guerrier I et II, et et et et)


Je mène une grande campagne de floraison du terrier.
J'ai un petit appartement et une cour plus ambitieuse, le projet se présente donc fou et plein d'enthousiasme.

J'aime les nouveaux intérêts.
J'apprends plein de petites choses en ce moment, dompter le végétal et y trouver un certain contentement.
C'est beau, parce qu'il n'y a pas de résultats immédiats, palpables.
Aujourd'hui, j'ai appris comment faire des boutures de succulentes et de cactus, que faire pousser du kale en jardinière, ça marche (mais alors un plant par jardinière, c'est ce que le monsieur m'a dit) et que dans ma salle de bain sans fenêtre ne vivront que des cactus et des plantes grasses.



Ce matin au marché, il y avait ce groupe génial et tous ces danseurs.
Je suis allée acheter une brioche à ces décrocheurs de wahou.
Après l'avoir glissée dans leur étui à guitare, j'ai entendu une dame m'appeler.
Elle m'a offert une plante, parce qu'elle m'a trouvée "trop mignonne".
Je me suis sentie KO de gratitude, et un peu "trop mignonne".



Finalement, le cool tient à une brioche et du vert.
Après un réveil douloureux, vertiges effrayants et cœur qui s'emballe, je croyais que le samedi allait être étiré en canapé, allongée et petits pas.
Mais non.

De la brioche et du vert.



J'espère que vous allez bien.
Vraiment.
Et que vous allez bien en brioche et vert.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire