dimanche 25 mars 2018

Son ombre dans ma voix #2

J'ai eu envie de croire aux fantômes, cette semaine.

Lundi, j'écris la fouille appliquée d'une plage malouine.
Quelques heures plus tard, sur le paillasson, il est là.
Petit coquillage abandonné.
J'avais fait du tri dans ma boîte à trésors et il a échappé au passage du petit sac à la jolie malette.
Il a passé des mois dans l'ombre et le revoilà.
Ce soir-là.

Mardi, je me retrouve chez l’ostéopathe, rompue de douleur.
Et je réalise alors, en me déshabillant, que oui, c'était bien un mardi.
Quand mon dos s'est tétanisé, après son coup de théâtre, c'était bien un mardi.



J'ai compris la somatisation, cette semaine.
Le corps épuisé, des bleus étranges sur mes mains.
Des brûlures d'estomac et une sciatique.
Frilosité et bâillements sans fin.

J'ai compris la remise en question, cette semaine.
Le nombre de lecteurs qui passe d'un extrême à l'autre, le doute sur la créativité.
S'acharner tout de même, sacrifier des heures et des heures à ce travail laborieux.
Remettre en question tous les projets que je construis, me questionner toute la journée.

J'ai compris le sacrifice, cette semaine.
Celui des heures de sommeil, des certitudes.
Sortir du travail et me replonger dans mes notes.
Annuler un apéro parce que je dois travailler.



Il a été difficile de trouver du plaisir, cette semaine.
Mais vous savez quoi ?
Je recommencerai.
En traînant les pieds, mais je recommencerai.
Parce que nous sommes maintenant dimanche.
Et je n'ai pas renoncé.


Je recommencerai.
Je n'ai pas renoncé.

Je recommencerai.
Et inlassablement, des mercis que je vous broderai.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire