dimanche 18 mars 2018

Son ombre dans ma voix #1

Le grand projet.
Celui qui s'est installé en moi cette semaine.
Celui qui s'est installé dans les heures de la nuit.
Celui qui s'est installé après le carnet à petites fleurs et son souvenir entre mes mains angoissées, un mercredi soir, devant des mâles fêtards, un magicien, et le constat de mon alcoolémie avancée.

Chaque samedi, un texte lu, inédit.
En direct.
Beauté de l'éphémère.
Disparaîtra ma voix, resteront mes mots.

Chaque samedi, un texte lu, inédit.
En direct.
Beauté de l'éphémère.
S'effaçant T., restent mes mots.

Mes mots.
Les donner tous, même ceux que je n'ai pas.

Premier essai, mercredi dernier.
Raid nocturne.
Dans mon paquetage, des notes, un stylo violet, une tasse de café.
Et ma voix.
Je fais rouler les mots, glisse dans mes cils son souvenir et dessine son absence.
Je fais rouler les mots, retrouve des trésors et des vestiges.
Je fais rouler les mots, dresse l'oreille.
Il est là.
Dans cette chambre minimaliste, dans cette maison incroyable, sur cette île perdue, dans cet été si lointain.
A l'heure où j'écris ça, en ce jeudi gris que je bichonne pour célébrer le carnet à petites fleurs, un sanglot se rue dans ma gorge. 
C'est bon, vous me tenez ?
J'ai trouvé ma gorge nouée dans le quartier, le bord du précipice.
Il est là.
Dans les virgules, le choix de mes mots et la contemplation des pages éprouvées.
Dans ma voix, mes inflexions et mes silences.
Il est là.
Premier essai, mercredi dernier.
Et j'entends sa voix dans ma gorge.



Vous l'avez entendu, vous ?









Ça s'appelle "Son ombre dans ma voix".
Cette première lecture restera encore quelques heures en ligne.

On se rejoint la semaine prochaine ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire