mardi 13 mars 2018

Et au-dessus des vagues...

L'autre nuit, après mon jeudi en confettis, j'ai rêvé de lui.
C'était la plus belle façon de conclure mon carnet à petites fleurs cueillies pour des mâles fêtards, mon mercredi flou, mon jeudi brodé par Maxence et vous.
J'ai rêvé de lui.
Avec une surprise, une paillette sur mon sommeil.

Je pourrais l'écrire des milliers de fois, ce rêve, tant il m'émeut, tant c'est beau, tant c'est lui.
Je pourrais l'écrire des milliers de fois, ce rêve, alors imaginez un peu combien l'écrire avec cette surprise, c'est...
...
Tellement émouvant.
Tellement lui...

Je ne sais pas si cet instant a existé.
Je ne sais pas combien de temps je ferai encore ce rêve. Son absence creusée en moi voudrait que ça dure éternellement.
Je ne sais pas pourquoi cette plage se glisse parfois sous mes paupières. La première fois que je me suis allongée sur ce sable, c'était l'hiver après sa mort (c'est bizarre, j'ai eu beaucoup de mal à l'écrire, ça. Tant de saisons passées et je n'ai pas réussi à écrire "sa mort").

Il m'arrive même de le voir parfois, très brièvement, le temps d'un battement de cils.
Ça m'est arrivé un samedi matin, quand je travaillais sur "Y, et sa main tendue dans la nuit", sous un ciel bleu merveilleux.
Lui. Son dos.

J'ai peur d'un jour être tellement amoureuse d'un homme que ce rêve disparaîtra. (Je lis "d'un autre homme", je dois avoir encore du chemin à faire...)
J'ai peur de faire ce rêve allongée dans le lit d'un autre et les trahir tous les deux (C'est étrange, décidemment, d'écrire "un autre", comme si T. et moi étions toujours... Je n'arrive pas à choisir un mot différent)



Il regarde la mer.
Je vois ses omoplates à travers son tee-shirt bleu marine.
Bruit des vagues si fort.
Je suis allongée sur le sable.
Je suis persuadée que je porte ma veste kaki et des lunettes de soleil, à chaque fois.
Il se retourne.
Se penche vers moi.
Lèvres qui bougent, s'étirent en son sourire un peu crève-cœur depuis qu'il n'est plus là, yeux marbrés de temps.
Lèvres qui bougent.
Bruits des vagues si fort.

Et soudain...

Soudain.

La surprise.




Un bref éclat de rire.




La surprise !
Ce n'est pas le sien, mon sang le sait.

Qui de vous a ri dans mon rêve ?
C'est merveilleux...
Merveilleux.

Encore maintenant, à l'heure où je l'écris, mes yeux se barbouillent de son amour, du vôtre, de la magie de ce rire sur ce rêve récurrent.

Qui de vous a ri dans mon rêve ?
Revenez.
Revenez quand vous voulez sur cette plage.

6 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ma douce Emma,
      Merci d'être là.
      J'avoue que je guette un peu tes petits mots déposés ici, tellement... Je pense ne plus mettre de blush, puisque tes commentaires sont mon "Mine ensoleillée, mots murmurés".

      Je crois que j'ai réussi à te retrouver sur Instagram, c'est si chouette !

      "A demain" :)

      Supprimer
  2. Mathilde...
    J'ai lu ton article. Je pleure au bureau.
    Ton récit fait tellement, tellement écho au mien... Ils vivent dans nos coeurs, ces loustics. Ils sont près de nous, bien au chaud.
    C'est pour ça que je veux tatouer... Construire une belle cabane à souvenir au plus près du coeur des gens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes petits mots ici, alors que j'achève le billet de demain,c'est un petit bonheur sans nom. Merci <3

      Parfois, je le cherche, avec application.
      Parfois, c'est une course contre l'oubli.
      Je rêve son regard dans le rétroviseur de la voiture de B., sa silhouette avachie et son air boudeur. "Ras le cul, je suis trop grand pour être au milieu, vous êtes chiants". (Je prends mes notes, et écris. Je vous raconterai)
      Je peste parfois contre son absence partout.
      Puis me vient ce constat : si son absence est partout, c'est qu'il est là.
      Encore.
      Inlassablement.

      Tu feras une merveilleuse tatoueuse. Encre et bienveillance se marient avec délice.

      Merci d'être ici <3

      Supprimer
  3. C'est fou comme chacun de tes mots résonnent dans ma tête. Merci de faire voyager mes pensées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Aurore,

      Merci à toi de partager ces si doux mots avec nous, avec moi.
      Il n'y a pas instant plus doux, là, que mon café et vos mots.

      Voyageras-tu avec nous, pour la lecture en live Instagram ? Ce sera certainement samedi, à 20 heures. Tu pourras retrouver tout ça le dimanche, en replay.

      Prends bien soin de toi, et encore merci <3

      Supprimer