vendredi 30 mars 2018

Comme une meuf

"Alors, on joue comme une meuf !"
Un inconnu dans un magasin alors que je joue de la batterie en pestant un peu. Je viens de faire tomber une baguette et essaie de me souvenir d'un truc d'Interpol. 
B. joue de la guitare, assis sur un tabouret.
Il abandonne sa concentration.
Nos regards se croisent.
Sourire de celui qui lâche un chien hargneux. 
Il le regarde. 
"Je peux déjà plus rien faire pour toi, mec".

Dès les premières lettres, les premiers souffles, il a tout faux.
Il faut m'approcher en petits pas, me laisser renifler la main tendue et. 
Il faut jouer la douceur et le burlesque, l'étonnant et le subtil et. 
Il a tout faux.

Je suis la susceptible sous les mots mal rangés.
Je suis la grinçante sous les regards vulgaires. 

Jouons un peu avec la bêtise.
Parce que dans la vie, rien ne m'agace.
Sauf la banalité de la bêtise.
"Je suis une meuf.
- Ouais, mais je voulais juste dire que tu joues un peu comme une meuf.
- Avec application, tu veux dire ?"
Il rit nerveusement.
Laissez-moi m'échauffer. 
"Nan, mais je voulais dire, c'est drôle, parce que peu de meufs jouent de la batterie et...
- Peut-être parce qu'on nous a répété que c'était pas un "truc de meufs", non ?
- Euh...
- Oui ?
- Ce que je veux dire, c'est que c'est pas un instrument féminin, c'est un peu un truc qui fait... Ça fait un peu..."
Mes orteils se crispent. 
Je vais le démarrer.
"Tu veux quand même pas dire que c'est un truc de lesbiennes ? C'est quoi un instrument qui représentait mon hétérosexualité... La harpe, peut-être..."
B. et le gérant de la boutique nous regardent, spectateurs autour de l'arène. 
Lui qui balbutie, moi qui jubile.
"Par contre, on est d'accord pour dire que je viens de te pourrir la gueule. Comme une meuf. A bientôt !"
Il regarde autour de lui, fait demi-tour et quitte la boutique.
Je saute sur place, mime un lâcher de micro sous les applaudissements débonnaires de mon minuscule public. 

Alors.
Laisse-moi te dire, encore une fois.
Bien que tu sois reparti rougissant et bafouillant de cette leçon, j'ai peur que le message ne soit pas bien passé. 
Je crains qu'il faille en rajouter une couche.

Voilà : je sais jouer de la batterie, me défendre, courir après le bus, consoler, construire, tout plaquer, aimer, réfléchir, me battre pour ce en quoi je crois, changer un fusible, m'insurger, réparer, m'enthousiasmer, rendre hommage, cuire des œufs à la coque, sauver, faire l'amour, porter mes courses, prendre soin de moi et des autres, chérir, jouer au foot, nager dans l'eau glacée, nourrir de terrestre et de céleste, protéger, montrer les dents, faire les gros bras, rire et faire rire, fabriquer, prendre des risques, encourager, respirer, dormir. Vivre.
Comme une meuf.
Et tu sais quoi ?
J'en suis fiere. J'en suis honorée.

Je suis fière, honorée, d'être une meuf. De ne pas me laisser envahir par la bêtise d'une poignée de mecs comme toi.
Je suis fière, honorée, d'être une meuf. De me battre pour faire les choses ni comme une femme ni comme un homme. Juste de les faire. Les faire avec le cœur, le sang et tout le reste.
Je suis fière, honorée, d'être une meuf. D'être entourée de meufs fières de ce qu'elles sont et de ce qu'elles font, de mecs fiers de ces meufs.
Je suis fière, honorée, d'être une meuf. De me battre au nom de celles pour qui être une meuf, c'est déjà perdre une bataille.
Je suis fière, honorée, d'être une meuf. 



Tu penses que c'est être un mec, ça ? 
Tu n'arrives pas à la cheville de la majorité des hommes.
Ceux qui se battent, défendent, offrent, croient. 
Ceux qui créent, construisent, changent les choses, bougent les lignes.
Ceux qui aiment. 
Les hommes, les vrais.



Et en prime, tiens-toi bien : je t'emmerde, connard.

8 commentaires:

  1. Comment te dire que cet article m'a mis d'une bonne humeur exquise ? Ca me fait penser à une anecdote au boulot... Avant, je ne me défendais pas, parce que je ne savais pas comment, et puis je me suis souvenue des super femmes qui ont ponctué ma petite vie et ça m'a donné des armes !
    Aussi, il faudrait que je te raconte ma soirée d'hier..
    Bisous Mathilde <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie que ce billet te gratouille le matin !

      Des anecdotes, on en a toutes. Malheureusement.
      Des tas d'anecdotes, des choses qu'on a répondu, des choses qu'on aurait voulu répondre.

      J'ai hâte de te lire !
      <3

      Supprimer
  2. Comme une BONNE meuf.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as les bases, cher(ère) anonyme.

      <3

      Supprimer
  3. Un billet qui sait comment réveiller toute femme qui se respecte. Franchement je pense que j'aurai jubilé face à cette scène. J'espère qu'elle sera gravée dans sa mémoire (mais bon qui sait avec ce si petit esprit de jugeote)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime penser qu'un jour, il comprendra. Il travaillera sur lui, ses certitudes et changera.
      Un jour.

      <3

      Supprimer
  4. Ça on aime! Inspirant, comme d'habitude quoi!

    RépondreSupprimer